claude barras vie de courgette
claude barras vie de courgette
claude barras vie de courgette
claude barras vie de courgette
claude barras vie de courgette

“MA VIE DE COURGETTE” un film de CLAUDE BARRAS une vraie pépite à voir et à revoir !

film ma vie de courgette

“Courgette n’a rien d’un légume. C’est un vaillant petit garçon . Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres.

Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même être heureux?”

ma vie de courgette

Ma vie de Courgette”, un grand film d’animation à hauteur d’enfant (TELERAMA).

EXTRAIT : “C’est une simple photo où sept gosses font les andouilles sur le palier de leur foyer social. Ils ont toutes les raisons d’être tristes, mais ils lèvent les bras au ciel parce qu’à 10 ans, avoir des copains, ça aide, et ça réchauffe comme une ­famille. Ce plan de Ma vie de Courgette est ce qu’on a vu de plus émouvant sur un écran depuis longtemps. Le film commence fort : le petit Icare vit seul avec sa maman qui aime beaucoup la bière et qui « part au ciel ». Elle le surnommait Courgette, c’est ainsi qu’il tient à être appelé dans ce foyer où il atterrit au milieu d’autres gamins blessés par la vie. Comme Simon, qui joue au dur pour tenir le coup ou Béatrice dont la mère a été reconduite à la frontière. Sans oublier Camille, la jolie fillette un peu garçon manqué, qui trouve la plus belle forme de résilience à son grand malheur : sourire aux autres.”

https://www.telerama.fr/cinema/ma-vie-de-courgette-un-grand-film-d-animation-a-hauteur-d-enfant,149033.php

 

Claude Barras et ses scénaristes dressent avec bienveillance le tableau d’une jeunesse menacée de ces exclusions potentielles ou non, que sont la timidité, l’obésité, la couleur de peau, le genre, entre autres. Face à eux, les adultes existent sans caricature, depuis une tante vénale et cynique jusqu’à la directrice du pensionnat qui cherche d’abord à bien faire son travail, en passant par ce policier très tendre à qui Michel Vuillermoz prête merveilleusement sa voix. Tous les caractères de cette histoire s’avèrent donc complexes, en mutation, à l’instar de Courgette lui-même qui, de victime apeurée, devient  progressivement un enfant capable d’être heureux au sein d’une famille qu’il se choisit. ” (EXTRAIT CHRONIQUE DE LAURENT DELMAS)

👉  Pour réécouter la chronique de LAURENT DELMAS :

https://www.franceinter.fr/emissions/plateau-cine/plateau-cine-30-juillet-2020 (durée 8 mn).