PETITE FILLE FILM
PETITE FILLE FILM
PETITE FILLE FILM
PETITE FILLE FILM
PETITE FILLE FILM

“Petite fille” de Sébastien Lifshitz “une ode lumineuse à la liberté d’être soi” (Télérama)

Née garçon, Sasha est pourtant une fille. Le récit de ce destin extraordinaire d’une enfant de seulement 8 ans est le pari réussi par Sébastien Lifshitz. Avec douceur, une très grande précision et juste ce qu’il faut de grandeur romanesque, pour entourer le destin hors du commun mais formidable de Sasha, “Petite fille” porte bien son nom.” (ARTE)

Pour réécouter l’interview de S. LIFSHITZ :

👉https://www.arte.tv/fr/videos/094619-007-A/petite-fille-rencontre-avec-sebastien-lifshitz/ (durée 6 mn).

 

“PETITE FILLE”

Sacha petite fille Lifshitz.jpg

Résumé : ” “Quand je serai grande, je serai une fille“, répète Sasha depuis qu’elle a 3 ans. “Sasha est une petite fille, née dans un corps de garçon. Elle déteste son zizi et regrette de ne pas pouvoir un jour porter un bébé dans son ventre“, confie sa mère, Karine, au médecin de famille. Celui-ci s’avoue incompétent concernant les enfants présentant une dysphorie de genre, c’est-à-dire ceux qui ne se reconnaissent pas dans leur sexe de naissance. Il l’oriente vers Paris où Karine trouve, à l’hôpital Robert-Debré, une pédopsychiatre spécialiste de la question, qui la reçoit avec Sasha et leur prête enfin une oreille attentive : une éclaircie dans l’incessant combat que doivent mener Karine, son mari et l’aimante fratrie autour de Sasha pour que l’enfant soit enfin reconnue et acceptée comme une fille, notamment à l’école et au cours de danse. C’est aussi pour la jeune mère la fin d’une lourde culpabilité. Non, ce n’est pas parce qu’elle a désiré une fille lors de sa grossesse que Sasha se trouve aujourd’hui dans un tel bouleversement. Les causes de la dysphorie de genre demeurent inconnues. Oui, elle a bien fait de laisser Sasha s’habiller en fille. Armée d’un certificat médical attestant la dysphorie de genre de l’enfant, Karine poursuit son combat auprès du directeur de l’école qui refuse obstinément que Sasha soit considérée comme une petite fille. Le début d’une longue course d’obstacles…” (ARTE).

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS : Interview de Sébastien LIFSHITZ
https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-02-decembre-2020
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/sebastien-lifshitz-qui-suis-je-lidentite-en-questions
“Pour moi, les films ne sont pas des sujets, ce sont des rencontres. J’essaye de m’approcher au plus près de l’intime et de raconter ces vies.” (Sébastien Lifshitz)
petite-fille-s-Lifshitz.jpg