camille kouchner livre
camille kouchner livre
camille kouchner livre
camille kouchner livre
camille kouchner livre

LE MONDE.FR : CAMILLE KOUCHNER “LA FAMILIA GRANDE autopsie d’un inceste”

 

 

Nous vous invitons à lire sur le site du MONDE : “la familia grande autopsie d’un inceste”

👉https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/la-familia-grande-autopsie-d-un-inceste_6065168_3224.html

EXTRAIT : Dire l’inceste, c’est donner un grand coup de pied dans la fourmilière familiale, briser le pacte social et passer pour un traître, même s’il y a prescription d’un point de vue juridique. Camille Kouchner endosse tous ces risques, quitte à tordre un peu le bras de son frère, soucieux qu’on le laisse tranquille. « Pour m’avoir laissée écrire ce livre alors qu’il ne souhaite que le calme, je [le] remercie », écrit-elle. Pendant vingt ans, la fille de l’universitaire Evelyne Pisier et de l’ancien ministre Bernard Kouchner a tenu sa promesse et gardé le secret de son jumeau. A la fin des années 2000, elle le convainc tout de même de le révéler à leur mère. Nouveau cauchemar : « Evelyne » reproche à sa fille d’avoir tardé à la prévenir. « J’aurais pu quitter [ton beau-père]. Maintenant il est trop tard », accuse l’universitaire. Cette femme non conventionnelle, si généreuse et féministe – à la façon de Mai 1968 –, prend le parti de son mari, Olivier Duhamel. Jusqu’à la mort d’« Evelyne », en 2017, mère et fille ne se croiseront plus que de loin. « Maman, nous étions tes enfants », pleure Camille Kouchner. L’inceste ne prospère que sur la confiance et les huis clos. Camille Kouchner procède comme les psychotraumatologues à l’écoute des mécanismes de prédation sexuelle : elle ausculte l’environnement amical et parental, plante son décor (les années post-68, les septennats Mitterrand), recense les habitudes. Chaque été, dans sa maison varoise de Sanary, le beau-père des jumeaux réunit ses meilleurs amis. Une « sacrée bande », sorte d’amicale intello et bourgeoise qui porte « la gauche en étendard » et à laquelle le célèbre constitutionnaliste distribue dès le printemps chambres et semaines de vacances. La grande famille.” (Par ARIANE CHEMIN / LE MONDE.FR/ le 4/01/2021)

 

👉Pour en savoir plus :

Camille Kouchner, invitée exceptionnelle / La Grande Librairie (Extrait sur YOU TUBE). Durée 6’21.

https://www.youtube.com/watch?v=gJ3Ni5PFNyE

 

– Article sur le site de France inter : https://www.franceinter.fr/culture/la-familia-grande-recit-d-un-inceste-devenu-insupportable-secret-de-famille par Ilana Moryoussef

 

france inter la familia grande

 

 

https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/camille-kouchner-christine-angot-catherine-allegret-claude-ponti-le-livre-un-briseur-du-tabou-de-l-inceste_4246549.html

EXTRAIT : “Lever l’omerta par le livre : Passer par l’écriture d’un livre pour lever l’omerta n’est pas une première. Avant Camille Kouchner, d’autres célébrités avaient déjà brisé ce tabou de l’inceste. L’actrice Catherine Allégret, en 2004, juste après le premier procès de l’affaire d’Outreau, avait raconté dans  “Un monde à l’envers” les attouchements, enfant, et la tentative de viol, adulte, de son beau-père “abusif” Yves Montand. Le livre est largement oublié, et on avait beaucoup reproché à son autrice d’accuser un mort qui ne pouvait se défendre.

Claude Ponti, auteur de livres jeunesse, avait évoqué sous forme de fiction, dans “Les Pieds bleus” en 1995, les sévices sexuels qu’il avait subis enfant. Il ne nommait pas de coupable mais a désigné ensuite son grand-père. Enfin Christine Angot avait fait des viols commis par son père le sujet de trois de ses romans, L’Inceste (1999) et Une semaine de vacances (2012) et Un amour impossible (2015), dans lequel elle traçait la génèse du crime, et peignait elle aussi le silence”.