la maison de marion
la maison de marion
la maison de marion
la maison de marion
la maison de marion

FRANCE INTER LE ZOOM DE LA REDACTION : “LE HARCELEMENT SCOLAIRE”, le témoignage d’une famille

 

Harcèlement scolaire : “C’est très difficile pour toute la famille”

A réécouter sur le site de FRANCE INTER / LE ZOOM DE LA REDACTION (Durée :4 minutes)
“Insultes au quotidien, perte totale de confiance en elle, Anissa, 11 ans, est victime de harcèlement scolaire. Depuis un mois, la petite fille et sa famille sont accueillis dans un lieu pilote en France, “La Maison de Marion”.

La Maison de Marion”, du nom de cette collégienne de 13 ans victime de harcèlement elle aussi, qui s’était pendue en 2013, est un lieu d’écoute à Orsay, près de Paris, qui permet de soulager les victimes et leur entourage. Le harcèlement scolaire touche un élève sur 10 et affecte toute la famille de l’enfant.”

 

EXTRAITS DE L’INTERVIEW :

“La maman se lance. “Ça a commencé déjà en primaire, en CM1, mais on ne s’est rendu compte de rien. C’est vrai qu’Anissa ne mangeait pas bien, faisait des crises de colère, pleurait pour un rien, elle ne dormait pas du tout et on a trouvé une lettre, où elle écrivait qu’elle souffrait. La phrase qui m’a frappée c’est qu’elle disait qu’elle ne servait plus à rien ici. Et là, j’ai eu peur parce que ce sont des mots très, très forts…””

 

Au-delà du soutien psychologique, la Maison de Marion propose aussi aux parents une aide administrative pour intervenir auprès de l’établissement, une aide juridique lorsqu’ils doivent porter plainte et un suivi quand l’enfant est en décrochage scolaire. 

Nora Fraisse, la fondatrice de “La Maison de Marion”, a voulu une approche globale : “Cette idée est née du réel, de ce que nous avons vécu en tant que famille, la déflagration. Pour nous c’était beaucoup plus compliqué parce que Marion est décédée, mais il a fallu gérer la fratrie, retrouver son travail. Vous avez entendu ce qu’a dit la famille d’Anissa : on ne dort plus, on se pose des questions en tant que parents, on culpabilise.” Les demandes de suivi qu’elle a reçues ces derniers jours concernent des enfants très jeunes, “entre 6 ans et 9 ans parfois, avec un problème de début de dépression”, selon elle. “Il faut des professionnels pour les accompagner”, dit Nora Fraisse, qui se bat depuis 8 ans contre le harcèlement scolaire. La Maison de Marion a obtenu des subventions du ministère de l’Éducation nationale, de la région Île-de-France et de partenaires privés. C’est gratuit pour les familles. “

 

https://www.franceinter.fr/emissions/le-zoom-de-la-redaction/le-zoom-de-la-redaction-09-fevrier-2021

 

harcelement scolaire france inter