haut conseil egalite entre femmes hommes france info
haut conseil egalite entre femmes hommes france info
haut conseil egalite entre femmes hommes france info
haut conseil egalite entre femmes hommes france info
haut conseil egalite entre femmes hommes france info

FRANCE INFO “Violences conjugales : les agresseurs bénéficient d’un “véritable système d’impunité”, alerte le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes”

 

“L’instance a mis au point un nouvel outil permettant de d’évaluer l’évolution de la politique publique contre les violences conjugales”.

Article rédigé par  franceinfo

Publié le 09/06/2021

https://www.francetvinfo.fr/societe/feminicides/violences-conjugales-les-agresseurs-beneficient-d-un-veritable-systeme-d-impunite-alerte-le-haut-conseil-a-l-egalite_4657143.html

 

“Le tableau est sombre. Les agresseurs conjugaux bénéficient d’un “véritable système d’impunité”, pointe le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE). Il publie mercredi 9 juin son premier tableau d’indicateurs sur la politique publique de lutte contre les violences conjugales portant sur les données de 2019.”

“Selon ce nouvel outil composé d’une trentaine d’indicateurs de suivi, chaque année, plus de 125 000 femmes réussissent à signaler des violences conjugales en commissariat (sur les 210 000 victimes estimées dans les données officielles), mais ces signalements aboutissent rarement sur des condamnations. En 2019, seuls 52 000 agresseurs conjugaux ont fait l’objet d’une réponse pénale et 33 000 d’entre eux ont fait l’objet de poursuites judiciaires. Le HCE dit ne pas avoir de chiffres sur le nombre de condamnations. “Mais en 2018, seuls 18 600 agresseurs conjugaux avaient été condamnés”, note-t-il.”

“Seule une femme sur dix peut avoir accès à un hébergement”

Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes alerte sur un deuxième point : “les possibilités de mise en sécurité des femmes victimes sont très en deçà des besoins”, écrit-il. Selon les indicateurs analysés par le centre, “seule une femme sur dix peut avoir accès à un hébergement et encore, sans garantie qu’il s’agisse d’une structure spécialisée, hébergeant exclusivement des femmes victimes de violences”.

Ce premier tableau d’indicateurs du HCE, remis à la ministre déléguée chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno, a pour objectif “d’évaluer l’efficacité des politiques mises en œuvre pour accompagner et protéger les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants tout au long de leur parcours”. Il doit mesurer les progrès, les stagnations ou les reculs de la protection des femmes victimes pour guider les politiques publiques, tout en proposant des évolutions souhaitables. L’édition 2019 constitue donc “l’année zéro” de ce tableau de bord qui sera le point de comparaison de l’édition 2020, dont les résultats doivent être publiés avant la fin de l’année 2021.”

 

violences conjugales france info article

 

 

Et aussi sur FRANCE 2 : 

 “Je suis morte en même temps que ma mère” : les enfants, victimes silencieuses des féminicides.

Publié 
(Durée de la vidéo : 6 min.)

Le gouvernement a présenté de nouvelles mesures pour tenter de protéger les victimes de violences conjugales. Mais les enfants, eux aussi affectés par les féminicides, sont-ils suffisamment suivis et aidés ? Les équipes de France Télévisions ont recueilli leurs témoignages.

“Quand ma mère est décédée, je suis morte en même temps qu’elle.” La vie de Stella a basculé lorsqu’elle avait 20 ans. La jeune femme a alors été témoin du meurtre de sa mère, tuée à coups de couteau par son compagnon. Comme elle, de nombreux enfants sont les victimes silencieuses des féminicides. C’est le cas de Louane, dont la mère a été assassinée par son père en 2017, alors qu’elle n’avait que 6 ans. Ce qui lui manque le plus aujourd’hui, ce sont “les bisous et les câlins” de sa maman. 

L’autorité parentale des auteurs de féminicide en question

Le père de la fillette de 9 ans, condamné à 30 ans de réclusion criminelle, n’a pas perdu l’autorité parentale et pourrait demander à la voir en prison. Impensable pour le grand-père maternel de Louane, qui en a la garde temporaire. Chaque année, un juge peut décider de renouveler ou non le placement de la fillette. “J’ai peur qu’on nous la retire”, témoigne la grand-mère de Louane. 

Si de plus en plus d’auteurs de féminicide perdent la garde de leur enfant, cette décision n’est pas automatique, comme le déplorent les associations de protection de l’enfance. “Un père meurtrier est un mauvais parent, et il faut qu’il soit déchu de ses droits parentaux”, réclame Sylvaine Grévin de la Fédération nationale des victimes de féminicides. En 2020, 90 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint, selon les chiffres du ministère de la Justice.” (LE JOURNAL DE 20H WEEK-END).

Voici le lien :

https://www.francetvinfo.fr/societe/feminicides/les-enfants-ces-victimes-silencieuses-des-feminicides_4662465.html
Haut Conseil Egalite entre les femmes et les hommes